Réalisations

2007 - Xstrata Nickel

thumbnail
thumbnail
thumbnail
thumbnail
Raglan

Réhabilitation du quai


Le travail consistait à la construction d'un nouveau port de mer à partir de celui déjà existant, comprenant le transport et l’installation des caissons et la pose d’un enrochement et d’un matelas de fond.


Pour ce projet, nous avions à restaurer le quai de Baie Déception. Le site est situé à l’extrême nord du Québec, à proximité de la mine Raglan, à 160 km du village inuit de Salluit. Le projet a eu lieu de mai à novembre, mais les travaux en mer avec plongeurs se sont déroulés dans les conditions déjà hivernales des mois d’octobre et de novembre 2007. Le projet a totalisé 70 000 heures, effectuées selon un horaire de travail de 7 jours sur 7, 24 heures sur 24.


L’installation de 3 caissons de béton était l’enjeu principal de ce projet. Ces immenses «boîtes» de béton (elles pèsent 3000 tonnes chacune) remplacent les anciennes structures endommagées du bout du quai; c’est le long de celles-ci que viendront accoster les bateaux.


Les travaux comprenaient tout d’abord le dragage du fond marin, c’est-à-dire que l’on a creusé celui-ci jusqu’au roc. En tout, 11 000m3 de vase et d’argile ont été enlevés. Ensuite, de l’agrégat a été installé afin de former l’assise des caissons : le matelas de fond. Pour retenir cet agrégat, un empierrement a été installé tout autour de la surface remblayée. Cet empierrement a également été placé tout le long du quai et sur les berges. Toute cette structure protègera les fonds marins et le quai lui-même de l’érosion créée par les puissantes hélices des navires, élément auquel beaucoup d’attention a été portée. En tout, 5 chargements de navire du groupe Canada Steamship Lines ont été nécessaires pour transporter 150 000 m3 d’agrégat provenant de la Nouvelle-Écosse. Par la suite, il s’agissait d’apporter les caissons préfabriqués au site. C’est le remorqueur semi-submersible Mighty Servant 1 du groupe Dockwise qui s’en est chargé (voir la 2e photo). Ce remorqueur spécial a la particularité de pouvoir transporter d’énormes charges et de pouvoir s’immerger presque totalement pour entre autres permettre aux petits remorqueurs standards de finaliser le transport. Rendus à destination, les caissons ont été placés et submergés, puis emplis d’agrégat.

Pour la protection des fonds marins : une innovation signée Westmar et Laval Fortin Adams : Comme mentionné plus haut, plusieurs mètres cube d’agrégat ont été disposés aux endroit appropriés pour protéger les fonds marins et la structure de béton du quai. Cependant, ces sédiments doivent aussi être immobilisés pour éviter leur affouillement (érosion ou déchaussement provoqué par l’eau). Pour ce faire, plusieurs techniques peuvent être utilisées. Ici, nous cherchions à éviter de bétonner sous l’eau par cette température glaciale, tout en nous assurant que la structure allait bien couvrir toutes les irrégularités du matelas de fond. Alors, c’est d’un commun effort que notre équipe et celle de la firme Westmar avons mis au point un procédé spécial exclusif. Celui-ci est composé de grandes dalles de béton en forme de caramilk. Comme le montre la dernière photo, ces dalles faites d’un béton spécial anti-érosion ont la particularité de se briser à des endroits précis afin d’épouser le relief du terrain. Toutes attachées ensemble par des câbles d’acier inoxydable, elles offrent une protection idéale pour empêcher la fuite des sédiments.